Call Us Now: (240) 429 2177

ama

Swaziland PM Dlamini, Sierra Leone’s former President Koroma, US General Ward, NNPC Kyari, others confirmed for African Leadership magazine’s US – Africa Investment Forum, Policy Dialogue and Business Leadership Awards 2020
September 28, 2020 | 0 Comments

LONDON, United Kingdom, September 28, 2020,-/African Media Agency (AMA)/-  

Leading African and United States policy and business leaders have confirmed to participate at the African Leadership Magazine’s 5th US – Africa Investment Forum & Policy Dialogue 2020, a virtual meeting taking place from September 29th – 30th 2020, with the theme set as ‘US Africa Relations – A necessary Realignment’.  Already confirmed as keynote speakers are Swaziland’s Prime Minister (Eswatini) HE Rt. Hon. Ambrose Mandvulo Dlamini; Sierra Leone’s former President Ernest Bai Koroma and first US AFRICOM Commander, General William Kip Ward. Also confirmed to speak and participate at the forum are Ahmed Shide, Ethiopian Minister of Finance; Hon. Samuel Tweah, Liberian Minister of Finance and Development Planning; Dr Ernest Addison, Governor of the Bank of Ghana; HE Lee Kinyanju, Kenyan Governor of Nakuru; and Mallam Mele Kyari, Group Managing Director of NNPC, among others.

As Africa braces itself for what some expect to be an arduous recovery from the impact of the coronavirus pandemic, the continent would need its partners more than ever before. Though the United States of America has been a longstanding traditional partner, pundits have argued that the US hasn’t engaged adequately and correctly on the continent of Africa, which has created room for other interests gaining a stronger foothold. However, based on United States (US) Secretary of State, Mike Pompeo’s statement when he said, “no country will rival what the US is doing”. In terms of supporting the fight against Covid-19 in Africa, it is hoped that a realignment would be necessary for the coming months, irrespective of who wins the forth-coming US presidential elections.

The 5th US Africa Investment Forum & Policy Dialogue 2020 is, therefore, expected to bring together policymakers, private sector leaders, Industry Titans, civil society leaders, and all stakeholders in the US-Africa ecosystem during this 2-day forum to contribute to shaping a new future for our common good. Other discussants and honorees at the forum shall include Dr Patrick J. Schena Professor of International Business, at the Fletcher School, Tufts University USA; Hon. Billy Mitchell (GA) President-Elect, National Black Caucus of State Legislators, USA; Mrs Rawya Mansour, Chairperson RAMSCO Group Egypt; Olugbenga Agboola, CEO Flutterwave; Segun Ogunsanya, CEO Airtel Nigeria and Raghav Prasad, President Mastercard Africa, among others.

Key highlights of the forum shall include keynotes, plenary and breakout sessions; industry Roundtables and Thematic Presentations on investment promotions, Defence and security cooperation; and Youth jobs creation. The forum shall also highlight the 2020 edition of the African Business Leadership Awards presentation ceremonies – a prestigious recognition ceremony to reward exceptional corporate practices and outstanding achievers in Africa’s business landscape and its private sector, across various categories.

The award winners were unveiled by the Chairman and Publisher of the African Leadership Magazine, Dr Ken Giami, at the UK Head Office of the group after the editorial board reviewed votes and submissions from the magazine’s over one million subscribers and online followers.

The Publisher, Dr Giami, while unveiling the list of winners, maintained that “Africa depends on businesses and its leaders for sustenance, jobs and wealth creation.” Continuing he stated that, “at this time when there are widespread disruptions occasioned by the COVID-19 pandemic, the role and place of the business community to not only serve their clients, but become strong positive references for society on how to thrive amidst uncertainties, and inspire hope in people’s ability to aspire to solve more of the problems facing the African people today, is more important than ever.”

“Our winners and all the nominees truly deserve to be recognized for the outstanding work they have done over the last year, and they continue to do for the development of our continent”. Dr Giami added.

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of The African Leadership magazine.

About African Leadership Magazine Group

The African Leadership magazine is published by African Leadership (UK) Limited, a company registered in the United Kingdom. The Magazine focuses on bringing the best of Africa to a global audience, telling the African story from an African perspective; while evolving solutions to peculiar challenges being faced by the continent today.

For media enquiries, contact:

+44 2392 658 276

editor@africanleadership.co.uk

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Unprecedented virtual summit for African business leaders to access resources to grow their businesses with the United States
September 28, 2020 | 0 Comments

JOHANNESBURG, South Africa, September 28, 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Africa.com is convening thousands of leaders of African businesses, and the highest ranks of U.S. agencies that support African business, to present opportunities for growth through trade, investment and technical assistance. This virtual summit, Africa’s Portal to Doing Business with the United States, will take place virtually on October 14, 2020.

The virtual summit, unprecedented in terms of scale, breadth and depth, will convene thousands of c-suite executives and decision-makers at African businesses, large and small, from across the continent. Designed specifically to serve African business leaders, this Virtual Summit is a portal, a one-stop-shop, into the United States Government’s resources at the highest levels. The summit is structured as four sessions taking place in one day.

The Summit kicks off with keynote remarks by the highest ranking U.S. government official responsible for relations with Africa, U.S. Assistant Secretary of State for African Affairs, The Honorable Tibor Nagy. Then, the Chairman of the U.S. President’s Advisory Council on Doing Business in Africa (President and CEO of GE Africa) Farid Fezoua, will deliver keynote remarks from the private sector perspective.

Following the keynote remarks will be a panel discussion featuring the Chief Operating Officer of Prosper Africa, a new U.S. Government initiative that brings together the resources of over 17 U.S. Government agencies to connect U.S. and African businesses with new buyers, suppliers, and investment opportunities. Joining this panel are the ‘Africa heads’ of some of the key U.S. Government agencies that do business with Africa, International Development Finance Corporation (formerly OPIC); The Export/Import Bank; USAID; and the U.S. Africa Development Foundation.

The third session of the summit is a panel of very senior African business leaders who have done business with the U.S., who will provide their perspectives on their experiences, and guidance to those who seek to follow their footsteps.

The fourth session of the summit is a panel of U.S. Ambassadors to several key African countries who will speak about the resources available specifically in their markets to support African businesses.

For decades, The United States Government has funded a number of agencies and platforms to support African companies to do business with both the U.S. Government itself, and with the U.S. private sector. This is a unique opportunity for African business leaders to hear from these resources together, at one time, in one place, and to hear from other African business leaders themselves who have engaged with the United States.

Free registration is available at this link: https://virtualconferenceafrica.com/africas-portal-to-doing-business-with-the-united-states/

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of Africa.com

About Africa.com
Africa.com is a media holding company with an extensive array of platforms that reach a global audience interested in African content and community. Africa.com’s interests include a business publisher’s ad network, content syndication, the website at www.iafrica.com, email newsletters, various social media platforms, and internet domain names ending with the “.africa.com” extension. Africa.com operates from Johannesburg, Lagos, and New York, and has a presence in Cape Town and Nairobi.

Media Inquiries
Laura Joseph
Phone: +27 82 332 0473
Email: laura.joseph@africa.com

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Un nouveau rapport sur la COVID-19 en Afrique souligne le besoin d’améliorer l’accès aux services de soins de santé et la protection du personnel sanitaire
September 27, 2020 | 0 Comments

Plus de 24 000 adultes répartis dans 18 États membres de l’Union africaine apportent des informations sur les effets indirects du virus 

NEW YORK, USA, le 24 septembre 2020 -/African Media Agency (AMA)/- La plupart des États membres de l’Union africaine (UA) ont rapidement mis en œuvre des mesures de santé publique et sociales (MSPS) pour contenir l’épidémie de COVID-19. Ces mesures ont probablement ralenti la propagation du virus, et le nombre de cas en Afrique est resté inférieur aux prévisions. Bien que de nombreux gouvernements aient depuis lors assoupli les restrictions, permettant ainsi la reprise d’une certaine activité économique, de nouvelles recherches menées par le Partenariat pour une réponse à la COVID-19 fondée sur des données probantes (PERC) mettent en exergue les charges indirectes importantes que le virus fait peser en Afrique et offrent des recommandations aux gouvernements à l’heure où les pays augmentent ou réduisent les MSPS pour contrôler la pandémie.

Près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré avoir renoncé aux soins habituels pendant la pandémie, selon le dernier rapport du PERC – le deuxième de sa série « Utiliser les données pour trouver un équilibre » (Using Data to Find a Balance) – qui s’appuie sur une enquête menée auprès de plus de 24 000 adultes dans 18 États membres de l’Union africaine, ainsi que sur des données sociales, économiques et épidémiologiques provenant de plusieurs sources. Jusqu’à 70 % des personnes interrogées ont déclaré avoir rencontré des problèmes d’accès à la nourriture pendant la semaine précédente, et le même pourcentage de personnes interrogées ont déclaré gagner moins d’argent que l’année dernière à la même époque. Malgré tout, le respect des MSPS est resté fort, et 85 % des personnes interrogées ont déclaré avoir porté un masque de protection au cours des sept jours précédents.

« Les États membres de l’Union africaine ont fermement réagi à la COVID-19 », a déclaré le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies. « Les données présentées dans le nouveau rapport du PERC vont permettre aux décideurs de ne pas se fixer uniquement sur le nombre de cas de COVID-19 et de prendre plutôt en compte la santé et le bien-être d’une façon plus globale et d’adapter les mesures d’intervention en conséquence. »

Les gouvernements et les organisations d’aide internationale doivent agir rapidement afin de rétablir l’accès aux services de santé pour les soins qui ne concernent pas la COVID-19 et pour reconstruire la demande publique de services.

Parmi les participants à l’enquête qui ont eu besoin de soins de santé pendant la pandémie, près de la moitié ont déclaré avoir sauté ou retardé des soins ; parmi ceux qui ont eu besoin de médicaments, près de la moitié ont déclaré avoir eu plus de difficultés à les obtenir. Les services de soins de santé les plus souvent retardés ou omis ont été les examens de contrôle, suivis par les soins pour la malaria, le diabète, les problèmes cardiovasculaires, les soins prénataux et les soins aux enfants de moins de 5 ans.

« Comme lors des épidémies précédentes, nous constatons que les soins de santé manqués et retardés ont un fort prix à payer », a déclaré le Dr Zabulon Yoti, directeur régional par intérim du groupe de l’état de préparation et de la réponse aux urgences de l’Organisation mondiale de la santé. « Même les examens de contrôle sont essentiels pour dépister et traiter les personnes atteintes de maladies transmissibles et non transmissibles. Nous devons protéger l’accès aux soins de santé en veillant à ce que les établissements soient équipés pour traiter les infections à la COVID-19 et pour offrir une protection adéquate au personnel sanitaire ».

La plupart des personnes interrogées se sont déclarées favorables à la réouverture de leurs économies nationales, mais elles ont également fait part de leur forte anxiété face à la reprise des activités normales. Les données indiquent que la COVID-19 est considérée comme une menace sérieuse, mais que pour beaucoup, les besoins économiques l’emportent sur l’inquiétude de contracter le virus.

Toutefois, l’observance de ce que l’on appelle les « 3 M » – masque mis, mains bien lavées et maintenir la distance – est resté élevée, ce qui indique aux responsables politiques la voie à suivre. Un soutien efficace des gouvernements à ces mesures comportementales pourrait atténuer le besoin de mesures plus restrictives à l’avenir.

« La COVID-19 a menacé les progrès effectués à l’égard de tous les objectifs de développement durable, et les données du PERC montrent clairement l’importance de mesures d’aide ciblées », a déclaré la Dr Elsie S. Kanza, responsable de l’agenda régional pour l’Afrique et membre du comité exécutif du Forum économique mondial. « Ces mesures sont nécessaires pour favoriser la reprise économique, protéger la santé et empêcher les inégalités de se creuser. »

Le rapport souligne également les lacunes dans la communication des données clés, notamment les données sur la transmission au sein des communautés et l’observance des mesures préventives, ce qui limite la rapidité et l’impact des efforts déployés pour gérer les épidémies locales et rend difficile le bon dimensionnement des MSPS.
« Les données sont essentielles pour notre défense contre la COVID-19, et plus les gouvernements des États membres de l’UA pourront s’y fier pour étayer leurs décisions, plus leur réponse sera efficace », a déclaré le Dr Tom Frieden, président-directeur général de Resolve to Save Lives, une initiative de Vital Strategies. 

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes :

  • 44 % des personnes interrogées ayant besoin de soins de santé ont déclaré qu’elles-mêmes ou un membre de leur foyer avait manqué ou retardé des services nécessaires, et 45 % des personnes interrogées ayant besoin de médicaments ont déclaré la même chose à l’égard de l’accès aux médicaments
  • 70 % des personnes ont fait état de problèmes d’accès à la nourriture, principalement en raison de la perte de revenus ou de la hausse des prix des denrées alimentaires
  • 70 % des personnes interrogées ont déclaré gagner moins d’argent qu’à la même époque l’année dernière
  • Les familles à faibles revenus étaient plus susceptibles de connaître une baisse de revenus. Près de 80 % des foyers ayant un revenu mensuel inférieur à 100 USD ont vu leurs revenus baisser, contre 60 % des foyers ayant un revenu mensuel d’au moins 500 USD
  • Six personnes interrogées sur dix sont d’avis qu’il est nécessaire de rouvrir l’économie et que les risques sanitaires de la COVID-19 sont minimes si les règles de distanciation sociale sont respectées
  • 85 % des personnes interrogées ont déclaré avoir porté un masque de protection en public au cours des sept jours précédents, mais comme on pouvait s’y attendre, compte tenu du récent relâchement de certaines MSPS, un pourcentage plus faible (60 %) a déclaré éviter les rassemblements religieux et seulement la moitié a déclaré rester à la maison au lieu de se rendre au travail, à l’école ou à d’autres activités régulières
  • Alors que plus des deux tiers des personnes interrogées sont d’avis qu’un grand nombre de personnes de leur pays seront touchées par la COVID-19, moins d’un tiers (29 %) ont estimé avoir personnellement un risque élevé d’être infectées
  • Bien que la plupart des personnes interrogées aient indiqué avoir une connaissance élémentaire de la COVID-19, la désinformation sur le virus est fréquente, en particulier celle qui implique une interférence étrangère dans les traitements et les vaccins. Près d’une personne interrogée sur trois se range derrière l’affirmation selon laquelle les étrangers discréditent les médicaments africains et testent les vaccins sur les Africains 

Les recommandations incitent les gouvernements à :

  • Donner la priorité au « coinçage » du virus, en garantissant un approvisionnement adéquat en kits de dépistage et en réactifs pour identifier les cas positifs, en traçant les contacts étroits de ceux-ci et en isolant les cas, plutôt que de se fier à un confinement de grande envergure
  • Faciliter le plus possible aux communautés l’observance des mesures de protection personnelle peu coûteuses, appelées « 3 M » – masque mis, mains bien lavées et maintenir la distance. 
  • Protéger le personnel sanitaire en établissant des protocoles pour la COVID-19, en augmentant la disponibilité des équipements de protection individuelle et la formation sur la prévention et le contrôle des infections ; puis encourager les gens à se faire soigner dans des services de santé qui n’ont pas de lien avec la COVID-19 en impliquant les dirigeants communautaires dans le processus
  • Donner la priorité aux mesures fondées sur des données probantes pour accroître la sécurité alimentaire et la reprise économique, y compris les transferts d’argent et l’aide alimentaire directe, en mettant l’accent sur les foyers aux revenus les plus faibles et sur les populations vulnérables
  • Lutter contre la désinformation en partageant des messages cohérents et basés sur des donnés probantes avec des membres de confiance des communautés, qui servent de messagers
  • Investir dans la collecte, l’analyse et la communication de données, notamment des indicateurs clés sur les cas et la réponse de santé publique, la surveillance rapide de la mortalité, les données sur les infections à la COVID-19 au sein du personnel sanitaire et les données sur l’utilisation des services de santé 

Pour lire le rapport en intégralité, veuillez consulter: https://preventepidemics.org/covid19/perc/

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Vital Strategies

À propos du Partenariat pour une réponse à la COVID-19 fondée sur des données probantes (PERC)
Le Partenariat pour une réponse à la COVID-19 fondée sur des données probantes (Partnership for Evidence-Based COVID-19 Response) est un consortium d’organisations mondiales de santé publique et d’entreprises du secteur privé. Les organisations membres du PERC sont les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC)l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Resolve to Save Lives, une initiative de Vital Strategies, la UK Public Health Rapid Support Team (équipe de soutien rapide pour la santé publique du Royaume-Uni) et le Forum économique mondialIpsoset Novetta Mission Analytics apportent leur expertise en matière d’études de marché et des années d’expérience dans l’analyse des données au partenariat PERC, qui a été créé en mars 2020 en vue de fournir aux États membres de l’UA des informations et des conseils en temps réel afin de réduire l’impact de la COVID-19 sur le continent. Le premier rapport régional du PERC, intitulé Répondre à la COVID-19 en Afrique : Utiliser les données pour trouver un équilibre (Responding to COVID-19 in Africa: Using Data to Find a Balance) a été publié en mai 2020. 

À propos d’Africa CDC
Africa CDC est une institution technique spécialisée de l’Union africaine qui renforce les capacités des institutions de santé publique africaines ainsi que des partenariats pour détecter et répondre rapidement et efficacement aux menaces de maladie et aux épidémies, grâce à des interventions et des programmes basés sur des données. En savoir plus : https://africacdc.org/

À propos de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
L’Organisation mondiale de la santé contribue à un meilleur avenir pour les populations du monde entier. Une bonne santé pose les bases de communautés dynamiques et productives, d’économies plus fortes, de nations plus sûres et d’un monde meilleur. En tant que principale autorité sanitaire au sein du système des Nations unies, notre travail touche chaque jour la vie des gens dans le monde entier. En Afrique, l’OMS est au service de 47 États membres et travaille avec des partenaires du développement pour améliorer la santé et le bien-être de toutes les personnes qui vivent ici. Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique est situé à Brazzaville, au Congo. Pour en savoir plus, consultez le site www.afro.who.int et suivez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

À propos de Resolve to Save Lives
Resolve to Save Lives, une initiative de l’organisation internationale de santé Vital Strategies, se consacre à la prévention des décès dus aux maladies cardiovasculaires et à la prévention des épidémies. Elle est dirigée par le Dr Tom Frieden, ancien directeur des centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : https://www.resolvetosavelives.org ou sur Twitter @ResolveTSL et @DrTomFrieden

À propos de Vital Strategies
Chez Vital Strategies, une organisation mondiale dans le domaine de la santé, nous pensons que chaque personne devrait être protégée par un solide système de santé publique. Nous travaillons avec les gouvernements et la société civile dans 73 pays pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies fondées sur des preuves qui s’attaquent à leurs problèmes de santé publique les plus urgents. Notre objectif est de voir les gouvernements adopter des interventions prometteuses à grande échelle aussi vite que possible. Plus d’informations sur www.vitalstrategies.org ou Twitter @VitalStrat. 

À propos de l’équipe de soutien rapide pour la santé publique du Royaume-Uni
La UK-PHRST est financée par l’aide britannique du ministère de la Santé et des Affaires sociales. C’est un partenariat entre la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) et Public Health England (PHE). L’université d’Oxford et le King’s College London (KCL) sont les partenaires universitaires. Grâce à l’équipe de soutien rapide pour la santé publique du Royaume-Uni (UK-PHRST), le pays a la capacité de réagir rapidement aux épidémies dans les pays à faibles et moyens revenus du monde entier et de mener des recherches opérationnelles sur l’état de préparation aux épidémies, jouant ainsi un rôle important dans la sécurité sanitaire mondiale. L’équipe s’efforce également d’aider les pays à renforcer leurs propres capacités pour répondre mieux et plus vite aux épidémies à l’échelle nationale.

À propos d’IPSOS
Ipsos est la troisième plus grande société d’études de marché au monde, présente sur 90 marchés et employant plus de 18 000 personnes. Nos professionnels de la recherche, analystes et scientifiques curieux et passionnés ont développé des capacités multispécialistes uniques qui fournissent une véritable compréhension et des informations précieuses sur les actions, les opinions et les motivations des citoyens, des consommateurs, des patients, des clients ou des employés. Nos 75 solutions commerciales sont basées sur les données primaires provenant de nos enquêtes, la surveillance des médias sociaux et les techniques qualitatives ou d’observation. « Game Changers », notre slogan, résume l’ambition que nous avons d’aider nos 5 000 clients à naviguer en toute confiance dans notre monde en mutation rapide.

Fondée en France en 1975, Ipsos est cotée sur Euronext Paris depuis le 1er juillet 1999. La société fait partie des indices SBF 120 et Mid-60 et est éligible au Service de règlement différé (SRD). Code ISIN FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS: FPhttps://www.ipsos.com/en/news-and-polls/overview

À propos de Novetta 
Novetta fournit des solutions analytiques et techniques de pointe et évolutives pour relever des défis d’envergure nationale et mondiale. Fortement attachée à la réussite de ses missions, Novetta est une pionnière des technologies de rupture dans l’apprentissage automatique, l’analyse des données, les solutions cybernétiques à large spectre, l’analyse en open source, l’ingénierie du cloud, DevSecOps et l’analyse multi-INT pour les clients de la Défense, de la communauté du renseignement et des autorités fédérales de l’application de la loi. Novetta est basée à McLean, en Virginie, et emploie quelque 1 300 personnes aux États-Unis.

À propos du Forum Économique Mondial
Le Forum Économique Mondial est l’Organisation internationale pour la coopération entre les secteurs public et privé. En réponse à l’urgence induite par la COVID-19, le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d’action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l’échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance, afin de trouver des moyens d’aider à mettre fin à l’urgence mondiale le plus tôt possible. Plus d’informations : https://www.weforum.org/

Contacts médias

  • James Ayodele, Principal Communication Officer, Africa Centres for Disease Control and Prevention (Africa CDC). Email: Ayodelej@africa-union.org; Tel: +251 11 551 7700
  • Collins Boakye-Agyemang, Communications Officer, WHO Regional Office for Africa. Email: boakyeagyemangc@who.int; Tel: +4724139420 or +242065206565
  • Christina Honeysett, Director of PR, Vital Strategies. Email: CHoneysett@vitalstrategies.org; Tel: +1 914 424 3356
  • Natalie Lacey, Chief Operating Officer, Global Affairs, Ipsos. Email: Natalie.Lacey@ipsos.com; Tel: +14165098460
  • Amanda Russo, Head of Media Content, World Economic Forum. Email: Amanda.Russo@weforum.org; Tel: +1 415 734 0589

Source : African Media Agency (AMA)

L’article Un nouveau rapport sur la COVID-19 en Afrique souligne le besoin d’améliorer l’accès aux services de soins de santé et la protection du personnel sanitaire est apparu en premier sur Capsud.net – Une information riche et complète sur la RD Congo.

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Ouverture interdite des lieux de culte au Gabon : un archevêque arrêté puis relâché !
September 27, 2020 | 0 Comments

Le bras de fer entre les autorités gabonaises et les leaders religieux souhaitant la réouverture des lieux de culte a connu un nouveau rebond ce dimanche. Après avoir menacé les leaders religieux qui entendaient ce dimanche rouvrir leur temple, la police gabonaise est passée à l’œuvre en arrêtant l’archevêque Jean Baptiste Moulaka de l’église Béthsaïda du PK8. L’homme de Dieu a été arrêté dans son bureau alors qu’il ne présidait aucune messe. Il a ensuite été relâché cet après-midi.
Lire aussi >>> Ouverture (…)


Société

/
,

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Ouverture des lieux de culte : le gouvernement gabonais dit de nouveau non !
September 27, 2020 | 0 Comments

À la faveur d’un point de presse tenu hier après-midi, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a mis en garde les responsables religieux qui envisageaient de rouvrir leur lieux de culte dès ce dimanche 27 septembre, avec ou sans accord du gouvernement. Un énième refus devant la grogne des leaders religieux qui attende depuis 3 mois la matérialisation de la promesse d’ouverture des lieux de culte dans le pays.

La fin de la privation de la liberté de culte par le gouvernement gabonais ne semble (…)


Société

/

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo parti pour ne rien lâcher
September 27, 2020 | 0 Comments

C’est une victoire symbolique pour Laurent Gbagbo. Mais une victoire quand même. Pour la deuxième fois en dix jours, la Cour africaine de justice désavoue la Côte d’Ivoire, lui ordonnant vendredi de réintégrer l’ex-président sur la liste électorale pour la présidentielle du 31 octobre. Dans son ordonnance, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) ordonne à l’État ivoirien de « prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant le requérant [M. Gbagbo] de s’enregistrer sur la liste électorale ».

L’ex-chef d’État qui a dirigé la Côte d’Ivoire entre 2000 et 2010 ne figure pas sur les listes électorales révisées cette année, il ne peut donc ni voter ni être candidat.

Mi-septembre, le Conseil constitutionnel ivoirien avait rejeté la candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle. Cette candidature avait été déposée par ses partisans, lui-même ne s’étant toujours pas exprimé sur le sujet.

Selon les autorités ivoiriennes, cette décision a fait suite à la condamnation de Laurent Gbagbo par la justice ivoirienne à vingt ans de prison, dans l’affaire dite du « braquage de la BCEAO », la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest, lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Le Conseil constitutionnel a aussi argué que le dossier de M. Gbagbo ne comprenait pas une déclaration signée de sa main faisant acte de candidature. Et il n’a par ailleurs pas renoncé à son poste de membre de droit du Conseil constitutionnel en tant qu’ancien président de la République, ce qui selon le Conseil, l’empêche de se présenter.

Saisie par Laurent Gbagbo début septembre, la Cour africaine qui siège à Arusha (Tanzanie) ordonne également à l’État ivoirien de « suspendre la mention de la condamnation pénale du casier judiciaire ».

Lire aussi La Côte d’Ivoire prend ses distances avec la Cour africaine des droits de l’homme

Que vaut l’ordonnance de la CADHP ?

Dans le cas de l’ordonnance concernant Laurent Gbagbo, il s’agit d’une décision provisoire prise en attendant qu’elle statue sur le fond de la requête de l’ex-dirigeant. Son avocat, Me Claude Maintenon, s’est tout de même dit « satisfait » du jugement auprès de l’AFP, tout en rappelant que « l’application dépend du bon vouloir de l’État ». En effet, par ses décisions, la CADHP peut constater des violations des droits de l’homme et condamner l’État défendeur à des réparations. Il peut s’agir de sanctions pécuniaires, d’indemnisations des préjudices subis, etc. Elle peut également prononcer des injonctions, par exemple, d’enjoindre à un État de modifier des lois violant les droits de l’homme, ou reprendre des investigations.

Reste à faire appliquer ces décisions, qui sont en principe définitives, car elles sont rendues en premier et dernier ressort. La majorité des pays résistent à une décision de la Cour. En dernier recours, la Cour peut saisir la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine. Au bout, il revient à la Conférence de prendre des sanctions, comme la suspension de l’aide financière apportée par l’Union africaine à ce pays. À ce jour, aucune sanction n’a été prise contre un État récalcitrant.

Lire aussi Guillaume Soro : « Il faut qu’Alassane Ouattara recule et que le droit prévale »

Que va faire l’État ivoirien ?

Accusant la Cour africaine de porter « atteinte à la souveraineté de la Côte d’Ivoire », Abidjan lui a « retiré sa déclaration de compétence » en avril et de fait se désintéresse depuis des décisions de la Cour.

Ce retrait était intervenu après que la CADHP eut ordonné de suspendre les procédures judiciaires à l’encontre d’un autre candidat à la présidentielle du 31 août, Guillaume Soro, qui l’avait saisie.

Abidjan reste cependant juridiquement lié à ses décisions. La Cour note en effet dans son jugement que le retrait de compétence ne devient effectif qu’à « l’expiration du délai d’un an », soit à partir d’avril 2021.

Et ce retrait de compétence signifie seulement que l’État ivoirien ne permet plus à la Cour de « recevoir des requêtes d’individus et d’organisations non gouvernementales ».

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a jugé pour sa part que la CAHDP « est dans sa logique d’attenter à la souveraineté de l’État » ivoirien. « Les questions électorales relèvent de notre souveraineté nationale », a-t-il insisté.

Réponse du président ivoirien, samedi lors d’une conférence de presse : « Pour nous, ce sont des décisions qui sont nulles et de nul effet qui porteraient atteinte à notre souveraineté. Nous ne les appliquons pas et nous n’avons pas l’intention de les appliquer et je signale, sur 45 États membres de l’Union africaine, il y avait neuf qui étaient membres de la Cour africaine et depuis le retrait du Bénin, du Rwanda et de la Côte d’Ivoire, même la Tanzanie, il ne reste plus que six » a-t-il tranché à la fin d’une visite d’État.

Lire aussi Côte d’Ivoire : « Il ne s’agit pas du 3e mandat du président Ouattara »

Quel est l’impact de cette décision dans le processus électoral actuel ?

Le Conseil constitutionnel ivoirien a refusé 40 des 44 candidatures à la présidentielle d’octobre, dont celle de Laurent Gbagbo et celle de l’ex-chef rebelle et ex-Premier ministre Guillaume Soro.

Elle a en revanche validé la candidature controversée à un troisième mandat du président sortant Alassane Ouattara.

Il y a dix jours, la CADHP a demandé à la Côte d’Ivoire de permettre la candidature de M. Soro, refusée par la Cour constitutionnelle ivoirienne après sa condamnation à vingt ans de prison pour « recel de détournement de deniers publics ». Il est aussi accusé de « tentative d’insurrection ».

« Soro, comme Gbagbo, a été écarté, car son casier judiciaire n’est pas vierge. Tous deux le savaient parfaitement : leurs candidatures relèvent de la provocation », a déclaré le président Ouattara dans un entretien publié jeudi par l’hebdomadaire français Paris Match.

La tension politique est forte en Côte d’Ivoire à un peu plus d’un mois du scrutin présidentiel. En août, une quinzaine de personnes ont été tuées dans des violences après l’annonce de la candidature de M. Ouattara, qualifiée de « forfaiture » par l’opposition.

La Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels, mais le Conseil constitutionnel a estimé que l’entrée en vigueur d’une nouvelle Constitution en 2016 a remis le compteur à zéro pour l’actuel chef de l’État. Une interprétation contestée par l’opposition.

Lire aussi Blé Goudé : « je lance un appel pour un report du scrutin électoral »

Que signifie cette victoire pour Laurent Gbagbo ?

Laurent Gbagbo ne s’est toujours pas prononcé personnellement sur sa candidature, ni sur ses intentions. Le flou demeure sur ce qu’il souhaite réellement faire, car jusqu’à présent ce sont ses partisans qui se sont exprimés et ont même déposé son dossier de candidature en son nom, mais une chose est certaine sa popularité est toujours aussi forte.

« Le président Gbagbo revient avec son aura de martyr. Tout un mythe a été bâti autour de sa personne. Laurent Gbagbo qui aurait vécu la Françafrique, Laurent Gbagbo qui aurait survécu aux bombes du président Sarkozy, Laurent Gbagbo qui aurait triomphé de la CPI, qui aurait déjoué tel et tel complot international. Il revient avec une véritable aura. Pour son camp c’est du pain bénit. Pour le camp d’en face, ça trouble un peu les calculs », analyse le politologue Sylvain N’Guessan interrogé par la chaîne RT France.

Pour rappel : après huit années de procédure, Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé ont été acquittés le 15 janvier 2019. Les deux coaccusés étaient poursuivis par la CPI pour des charges de crimes contre l’humanité qui auraient été commis lors des violences postélectorales en Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

Cette crise postélectorale s’était déclenchée après que le président sortant, Laurent Gbagbo, reconnu vainqueur par le Conseil constitutionnel, et Alassane Ouattara, reconnu également comme tel par la Commission électorale indépendante, ont chacun revendiqué la victoire à l’élection présidentielle de novembre 2010.

Lire aussi Côte d’Ivoire : d’une mauvaise Constitution à l’autre

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Nigeria: 24 Hours to Go – Govs Mount Pressure On Labour to Shelve Strike
September 27, 2020 | 0 Comments

[Leadership] Barely 24 hours to deadline, governors of the 36 states of the federation yesterday mounted pressure on organised labour to resolve the impasse occasioned by the threat to embark on strike tomorrow, if the federal government refuses to rescind the recent decision to increase the pump price of Premium Motor Spirit (PMS), otherwise known as petrol, and electricity tariff.

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Kenya: Disaster in Waiting At Nandi’s Karebe Mines
September 27, 2020 | 0 Comments

We measure and report on
your PR reach, industry news, and competitive activity by monitoring most channels in North, West, Central, East and Southern Africa. Comprehensive and timely media monitoring is critical to ensuring that you don’t miss any reporting of your brand,
you’re constantly informed on what’s going on around your business, and you’re ready to capitalise on opportunities and mitigate
risks in a timely fashion..

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Africa: The Continent Must Address Its Debt Burden Once the Pandemic Is Under Control
September 27, 2020 | 0 Comments

This is AMA’s flagship service. We have set up channels of distribution towards the journalists of the 54 African states, as well as to American journalists and European journalists covering emerging markets issues.
Our service includes:

Editorial advice

Localised editorial piece when needed

Distribution to the major print, broadcast and online publications along with industry-specific publications

Follow-up calls to secure interview request

Guaranteed distribution to Africa.com

Distribution to Bloomberg, LexisNexis and Thomson Reuters

Social Media Reach: Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram

Full online monitoring and print monitoring when available. Includesreadership stats and Advertising Value Equivalent

Translation in French, Arabic and Portuguese available

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Africa: Why Covid Makes Internet Access More Urgent Than Ever
September 27, 2020 | 0 Comments

We measure and report on
your PR reach, industry news, and competitive activity by monitoring most channels in North, West, Central, East and Southern Africa. Comprehensive and timely media monitoring is critical to ensuring that you don’t miss any reporting of your brand,
you’re constantly informed on what’s going on around your business, and you’re ready to capitalise on opportunities and mitigate
risks in a timely fashion..

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Africa: Opinion – the Smart Money Is Heading Toward Stronger Climate Action
September 27, 2020 | 0 Comments

We measure and report on
your PR reach, industry news, and competitive activity by monitoring most channels in North, West, Central, East and Southern Africa. Comprehensive and timely media monitoring is critical to ensuring that you don’t miss any reporting of your brand,
you’re constantly informed on what’s going on around your business, and you’re ready to capitalise on opportunities and mitigate
risks in a timely fashion..

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
Africa: Intercontinental Energy Forum to Discuss Post-Covid Challenges
September 27, 2020 | 0 Comments

[IPS] Mexico City — The economic recovery after the covid-19 pandemic, renewable energy, the gas situation, regulations and investment; mobility and transport, as well as new technologies and the progress of the Paris Agreement will be discussed at the Madrid Energy Conference from 28 September to 2 October.

Source : African Media Agency (AMA)

0
Read More
1 2 3 312