Call Us Now: (240) 429 2177

Pari réussi pour ETD : Des parcelles cédées pour des infrastructures de transhumance

September 3, 2020

Pour une transhumance apaisée, des collectivités des préfectures de Haho et du Moyen-Mon ont été sensibilisées à céder des parcelles de terrain. Après le travail des comités de négociation, certains propriétaires terriens ont accepté consentir à ce sacrifice pour que la transhumance et la mobilité du bétail soient paisibles avec moins de dévastation de champs.

L’ONG Entreprise Territoire et Développement (ETD) a organisé un atelier de présentation des propriétaires terriens ayant cédé une parcelle de terre pour l’aménagement des infrastructures agropastorales ce mardi 1er septembre  à Asrama dans la préfecture de Haho. Cette rencontre s’est tenue en présence du préfet de Haho, du secrétaire général de la préfecture du Moyen-Mono, les maires du Haho, le chef canton et des autorités militaires et policières. L’objectif recherché est de remercier ces donateurs pour leur contribution à une transhumance apaisée.

« Cet atelier est important avant de passer à l’étape de balisage, la réalisation des ouvrages. Par ailleurs, il est important que devant les autorités, les propriétaires terriens, ceux qui travaillent avec nous puissent être connus. Qu’ils disent publiquement qu’ils ont cédé une portion de leur parcelle pour la transhumance. En retour, le préfet, les maires, le chef canton et les chefs de village de les remercier pour avoir contribué à l’apaisement de la transhumance », a expliqué M. Haalid-Traoré Abdoul Djalilou, coordonnateur du PAMOBARMA à ETD.

Selon lui, c’est pour l’apaisement de la transhumance et du développement de la filière agropastorale qu’ils ont sacrifié leur domaine.

Occasion pour M. Traoré de présenter les objectifs du Projet d’Appui à la Mobilité du Bétail pour un meilleur Accès aux Ressources et aux Marchés en Afrique de l’Ouest (PAMOBARMA) qui prend en compte les activités d’ETD.

Cet atelier ouvre la voie pour le démarrage des ouvrages et l’approche de solutions en cas de difficultés dans l’exécution des travaux au sein des communautés.

« Actuellement la voie est balisée pour l’exécution du projet et nous exhortons les collectivités à faire le contrôle citoyen pour la bonne exécution des travaux prévus dans leur localité.

« Nous espérons qu’avec les couloirs qui seront aménagés, les bouviers vont les emprunter afin d’éviter des dévastations », a indiqué Eda Komlanvi, président du comité villageois de développement d’Agokpo. Dans l’attente d’une future compensation, il a indiqué que son village Agokpo a cédé une parcelle longue de 3,5 km pour la réussite du projet.

Pour le chef de Sagada, les bœufs empruntaient un itinéraire et cela a obligé la communauté à ne plus cultiver dans le périmètre de peur de voir la production dévastée. Tous les villages voisins ont cédé des parcelles. Il ne restait que nous. Maintenant c’est chose faite et nous espérons vivement que la construction des couloirs et de la marre d’eau vont mettre fin à la dévastation des champs.

« Nous promettons d’emprunter les couloirs aménagés pour réduire la dévastation des champs des agriculteurs. Le message reçu ici, nous le partagerons avec les membres de notre communauté », a promis Barry Ismaël membre de la communauté des éleveurs.

Une visite de terrain a permis aux autorités locales de s’informer de l’exactitude des informations partagées.

ETD ayant deux zones d’intervention que sont l’Est-Mono et le Haho. Le même atelier sera dupliqué dans l’Est-mono ce jeudi 3 septembre.

Pour information, cet atelier a bénéficié de l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD) grâce à l’ONG française Acting For Life à travers le PAMOBARMA.

Anderson AKUE

Source : African Media Agency (AMA)

0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *