Call Us Now: (240) 429 2177

Mali : les parlementaires francophones demandent la libération de Soumaïla Cissé

September 25, 2020

« Sa détention constitue une entrave grave aux principes démocratiques et aux libertés fondamentales. À l’heure où le Mali traverse un moment charnière de son histoire, l’absence de M. Soumaila Cissé est d’autant plus regrettable », déplore l’APF dans un communiqué commun avec le Parlement panafricain et l’Union parlementaire africaine. « Ça devient très inquiétant, il est malade, il a besoin de médicaments », s’est alarmé le député français Bruno Fuchs, vice-président de l’APF.

Lire aussi Mali : des nouvelles de l’opposant Soumaïla Cissé

À défaut de preuve formelle et de revendication, les soupçons pèsent sur le groupe djihadiste d’Amadou Koufa, affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « L’origine du kidnapping n’est pas claire. L’une des théories chez les proches de Soumaïla Cissé, c’est que cet enlèvement était d’abord un coup politique, avant de le blanchir [l’enlèvement, NDLR] en le faisant réapparaître dans les groupes djihadistes », note M. Fuchs pour l’AFP. Depuis l’enlèvement, la situation politique au Mali a changé avec un coup d’État militaire le 18 août qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

Lire aussi Les parlementaires africains se mobilisent pour Soumaïla Cissé

La crainte de l’oubli en raison de la situation politique mouvante

M. Keïta avait le soutien de la communauté internationale et de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest). Mais il faisait face à une contestation grandissante nourrie par l’apparente incapacité des autorités à faire face aux violences djihadistes et intercommunautaires, par un profond marasme économique et social et par le sentiment répandu de corruption endémique du pouvoir.

Lire aussi Mali : Soumaïla Cissé, un enlèvement sans précédent

Un président de transition, Bah Ndaw, un officier à la retraite, doit prêter serment vendredi. « Pour l’instant, personne n’a intérêt à le [Soumaïla Cissé] voir ressurgir dans le jeu politique », craint M. Fuchs, qui ajoute toutefois que la junte lui a assuré « avancer sur sa libération ». « On ne peut pas imaginer que le principal leader de l’opposition ne puisse pas participer au débat public alors que le pays est en grande difficulté », a-t-il conclu. Fin août, après plusieurs mois sans contact, M. Cissé avait pu transmettre des lettres à sa famille, l’une des seules preuves de vie depuis son enlèvement.

Lire aussi Comprendre la crise malienne en 10 dates

Source : African Media Agency (AMA)

0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *