Call Us Now: (240) 429 2177

Libye : vers une sortie de crise politique ?

August 23, 2020

Après seize mois de conflits, les deux camps rivaux en Libye, les pro-Haftar et les pro-Sarraj, ont annoncé séparément vendredi 21 août la cessation des hostilités et l’organisation prochaine d’élections. Une initiative de sortie de crise politique saluée par l’ONU et plusieurs pays arabes et occidentaux. Mais, pour beaucoup d’experts, le plus dur reste à faire.

Lire aussi « La présence de mercenaires turcs en Libye menace toute l’Europe »

Marginalisation

Ces annonces surprises interviennent après plusieurs visites de responsables étrangers dans ce pays aux plus grandes réserves de pétrole d’Afrique, et devenu une plaque tournante du trafic de migrants vers l’Europe. Elles sont les dernières en date d’une série d’accords et d’engagements proclamés ces dernières années en vue de sortir le pays du chaos mais restés lettre morte. De plus les nouvelles propositions des rivaux libyens ne sont pas identiques.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi après une révolte populaire en 2011, la Libye est en proie à des luttes d’influence et aujourd’hui deux autorités se disputent le pouvoir : le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli (ouest) et reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l’Est soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh.

Dans un communiqué, Fayez al-Sarraj, également chef du Conseil présidentiel qui chapeaute le gouvernement, a appelé à la tenue d’« élections présidentielle et parlementaires en mars prochain (…) ».

Il a aussi « ordonné un cessez-le-feu immédiat et l’arrêt des opérations sur tout le territoire », ce qui permettra, selon lui, de créer des zones démilitarisées dans la région de Syrte (nord) et celle de Joufra, plus au sud, toutes deux sous contrôle des pro-Haftar.

Lire aussi Libye : Alger veut mettre l’ONU devant ses responsabilités

Débloquer les sites pétroliers

Dans son communiqué, Aguila Saleh, qui dirige le premier Parlement élu en Libye depuis 2011 et est basé dans l’Est, a annoncé des élections, mais sans avancer de date, et appelé « toutes les parties à un cessez-le-feu immédiat ». En outre, Saleh ne mentionne pas une démilitarisation de Syrte et Joufra. Il propose la formation, sans doute après des élections, d’un nouveau Conseil présidentiel qui serait basé à Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi puis bastion du groupe djihadiste État islamique jusqu’en 2016.

Dans leurs communiqués, MM. Sarraj et Saleh ont en outre jugé « nécessaire » la reprise de la production et des exportations dans les champs et terminaux pétroliers.

Celles-ci sont bloquées depuis janvier par les pro-Haftar, qui contrôlent les sites pétroliers. Les autorités de l’Est réclament une répartition équitable des revenus pétroliers gérés par le GNA dans un pays qui dépend entièrement de la manne pétrolière pour son économie, très fragilisée.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a salué les annonces mais a appelé à ce que « toutes les installations pétrolières soient libérées de toute présence militaire » en vue d’une reprise des exportations.

Pour Jalel Harchaoui, chercheur à l’Institut Clingendael de La Haye, « selon toute vraisemblance, la mise en œuvre (des annonces libyennes) sera difficile », a-t-il expliqué à l’Agence France Presse. En effet, les ingérences étrangères ont alimenté le conflit en Libye, où le GNA est soutenu par la Turquie et le Qatar, et Khalifa Haftar par l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie.

En juin, le GNA, aidé militairement par l’allié turc, a réussi à repousser une offensive du maréchal Haftar lancée en avril 2019 pour s’emparer de Tripoli. Le GNA contrôle désormais le nord-ouest du pays.

Après leur échec, les pro-Haftar se sont repliés vers Syrte (450 km à l’est de Tripoli), verrou ouvrant la voie vers les principaux sites pétroliers et la base aérienne d’al-Joufra et marquant une ligne de front à mi-chemin entre Tripoli et Benghazi (est), autre bastion du maréchal Haftar.

Pour l’heure, les combats ont cessé, mais la libre circulation d’armes et de mercenaires continue, selon l’ONU.

Malgré tout, la Mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul) a accueilli « chaleureusement l’entente » interlibyenne, appelant à « la reprise du processus politique ».

Lire aussi Libye : « Qui veut mourir pour Syrte ? »

Réaction de la communauté internationale

À l’étranger, l’Égypte, qui a envisagé un temps de déployer des troupes en Libye voisine, l’a aussi saluée. Le Qatar s’est félicité de la « relance du processus politique ». La France, impliquée dans de précédentes initiatives pour un règlement politique, a souligné que ces promesses, jugées « positives », « doivent se matérialiser sur le terrain ». Le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, a abondé dans le même sens en estimant « crucial que toutes les parties s’en tiennent à leurs déclarations ».

Les Occidentaux craignent une poursuite du chaos en Libye, devenue, faute d’un pouvoir central structuré, une plaque tournante du trafic de migrants et un repaire pour des groupes djihadistes.

Depuis l’accord de Skhirat au Maroc conclu en 2015 sous l’égide de l’ONU, plusieurs initiatives ont été annoncées pour sortir la Libye de la crise mais n’ont pas été suivies dans les faits.

Lire aussi Maghreb : la France malmenée

Source : African Media Agency (AMA)

0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *