Call Us Now: (240) 429 2177

Coronavirus : l’UE impose à nouveau des restrictions de voyage sur l’Algérie

August 1, 2020

Un mois après avoir publié sa première liste de quatorze pays dont les ressortissants étaient autorisés à voyager dans l’UE, le Conseil, l’instance qui regroupe les 27, a retiré jeudi 30 juillet l’Algérie en raison d’une recrudescence des contaminations de Covid-19. Cette liste est désormais réduite à douze pays, ainsi qu’à la Chine, sous conditions. C’est la deuxième fois qu’elle est actualisée depuis sa création.

Lire aussi Virus : l’UE rouvre ses frontières à 15 pays, l’épidémie flambe aux USA

Restrictions pour l’Algérie

Prise entre des impératifs sanitaires et le souci de faire redémarrer une économie frappée par la crise en favorisant le tourisme, l’UE a convenu d’autoriser à nouveau les voyageurs de pays tiers à partir du 1er juillet, mais de façon « partielle et progressive ».

L’élaboration de la liste a été une entreprise ardue, en raison de ses implications économiques et diplomatiques. Certains États membres mettaient en cause la fiabilité des données fournies par des pays tiers, comme la Chine.

Elle est basée « en particulier » sur des critères épidémiologiques et est soumise à une révision tous les 15 jours. Elle précise les pays pour lesquels les restrictions aux frontières extérieures de l’UE « devraient graduellement être levées ».

L’enjeu est important en cette période de vacances estivales. La recommandation adoptée n’est pas contraignante : chaque État membre reste responsable des voyageurs qu’il laisse entrer sur son territoire. L’UE tente toutefois de se coordonner pour maintenir la liberté de circulation au sein de l’espace Schengen.

Des sources diplomatiques avaient indiqué dès mercredi à l’Agence France-Presse que le Conseil envisageait de retirer l’Algérie de la liste en raison d’une recrudescence des contaminations de Covid-19. Depuis l’enregistrement du premier cas le 25 février, 1 174 décès ont été recensés en Algérie, selon les chiffres de mardi. Le 24 juillet, le pays a enregistré un record quotidien d’infections (675) sur son sol.

Pas de contraintes

Les Européens privilégient les visiteurs venus de pays dont la situation épidémiologique est semblable à celle de l’UE, où la pandémie a reflué, voire meilleure. Le taux de nouveaux cas de Covid-19 ne doit pas excéder 16 pour 100 000 habitants (moyenne dans l’UE) sur les 14 derniers jours.

Autres critères, une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par le pays tiers pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests.

Selon une des sources diplomatiques, le Maroc a été maintenu dans la liste, mais le pays reste sous surveillance en cas d’aggravation de la situation sanitaire.

Les pays restants sur la liste sont : Australie, Canada, Géorgie, Japon, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, et la Chine avec une condition de réciprocité. Le retrait de l’Algérie suit ceux de la Serbie et du Monténégro. La présence de la Chine sur la liste reste assortie d’une condition de réciprocité. Ainsi les États-Unis, la Russie, le Brésil ou l’Inde restent exclus.

Bien qu’ayant quitté l’UE, le Royaume-Uni est considéré comme un pays membre jusqu’à la fin de la période de transition le 31 décembre.

Lire aussi Coronavirus : l’Union européenne rouvre ses frontières, l’OMS pessimiste

Source : African Media Agency (AMA)

0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *